Texte à méditer :  STAT FORTIS IN ARDUIS ( Il se tient droit dans la difficulté )
   Ismidon de Claveyson, an 1050

Claveyson en Drôme

Fermer 0. Européennes 2009

Fermer 0.Régionales-2010

Fermer 1.Elections 2008

Fermer 1.Elections 2014

Fermer 2008 Conseil municipal

Fermer 2008 autour du galet

Fermer 2009 Conseil municipal

Fermer 2010 Conseil municipal

Fermer 2011 Conseil municipal

Fermer 2012 Conseil municipal

Fermer 2013 Conseil municipal

Fermer 2014 Conseil municipal

Fermer 2015 Conseil Municipal

Fermer 2016 Conseil Municipal

Fermer Aménagement village

Fermer Cimetières

Fermer Conscrits

Fermer Dessins

Fermer Découverte du village

Fermer Elections municipales

Fermer Evènements 2008

Fermer Evènements 2009

Fermer Evènements 2010

Fermer Inondations 2008

Fermer Patrimoine

Fermer Photos anciennes

Fermer Photos modernes

Fermer Plans et photos

Fermer Sentier de randonnée

Fermer Toponymes

Fermer Travaux

LE CLAVEYSONNAIS

Fermer Gazette n°1

Fermer N°1

Fermer N°2

Fermer N°3

Fermer N°4

Fermer N°5

Fermer N°6

Fermer N°7

Nature
Liens utiles
N°7 - g-Un mathématicien

Un illustre mathématicien

 par Danielle Rouchette

 

Alexis Fontaine des Bertins, né le 13 août 1704 aux Bertins à Claveyson, était le fils du notaire royal du village, Jacques Vierou Fontaine. Il descendait d'une famille distinguée dans la robe et l'épée. (Dans un article du n° 43 bis de la revue Collines du Cercle Généalogique, il est mentionné que le Sieur Fontaine déclare fonder une chapelle dans l'église paroissiale de Claveyson à l'honneur et gloire de Dieu dédiée à la présentation de Notre Dame le 13 juillet 1699.)

Son père, qui voulait le voir travailler au barreau, l'envoya faire ses études chez les Jésuites au collège de Tournon. Il ne se révéla pas brillant élève mais y découvrit cependant quelques éléments de géométrie qui l'intéressèrent.

y-6-fontaine.jpg

A vingt ans, il monta à Paris pour échapper à la pression de ses parents qui insistaient pour qu'il étudie le droit. Il prit goût aux mathématiques en lisant la Géométrie de l'infini de Fontenelle. Il lisait beaucoup d'ouvrages sur la géométrie et fit la connaissance d'un savant jésuite qui l'aida et le conseilla. Ses progrès en mathématiques furent importants mais il n'avait pas de fortune ce qui ne lui facilitait pas la vie. Son père étant décédé, il quitta Paris. Il n'y revint qu'à la mort de son frère aîné qui lui laissa cinquante mille livres. Comme il ne voulait pas vivre dans la ville, il vendit son patrimoine et acheta une propriété à Anel près de Compiègne. Il allait ainsi souvent dans la capitale où il se lia d'amitié avec Clairaut et Maupertuis. Il commença à être connu des autres savants par les théories qu'il développait mais comme il ne lisait pas leurs propres recherches il entra en conflit avec plusieurs ; ceux-ci ayant déjà publié des méthodes de résolution des problèmes qu'il traitait (en particulier d'Alembert). Toutefois ses théories étaient très différentes et novatrices. Il donna des solutions aux problèmes des courbes tautochrones, des courbes brachistochrones et des trajectoires orthogonales. Il s'occupa le premier de la théorie générale et des applications du calcul intégral.

 Le fond du caractère de Fontaine était un mélange de finesse, de simplicité et d'orgueil. Il n'était pas très agréable en société, observant ceux qui l'entouraient et leur lançant des phrases piquantes comme : « J'observe la vanité des hommes pour la blesser dans l'occasion. » Il parait qu'il y réussissait très bien !

L'Académie des Sciences reconnut ses travaux et publia dès 1732 ses « Solutions de divers problèmes. » Il fut reçu à cette même Académie comme adjoint mécanicien le 11 mai 1733 puis associé géomètre le 15 décembre 1739 et pensionnaire géomètre le 2 mai 1742.

Le grand savant Euler, mathématicien suisse, disait de lui : « S'il y a quelque chose à trouver dont nous n'avons aucune idée, c'est de Fontaine que nous l'aurons. »

 

Fontaine assistait rarement aux séances de l'Académie. Il vivait à la campagne où il menait une vie solitaire partagée entre les travaux agricoles  et les mathématiques. Il lisait aussi beaucoup, particulièrement Racine. En 1735, il revint à Bourg-Argental ville d'origine de sa mère. Il y passa plusieurs mois et vit souvent un de ses amis de la Cour, Mathon qui dit de lui : « Il ne respirait que pour la géométrie ; il parlait d'un ton si passionné de sa chère géométrie qu'il m'inspira un amour pour elle… »

Un ouvrage intitulé « Mémoires donnés à l'Académie royale des Sciences, non imprimés dans leur temps » a été publié en 1764 suivi d'un « Traité de calcul différentiel et intégral » en 1770.

En 1764 /65, il vendit la terre d'Anel et acheta une propriété à Cuiseaux en Bourgogne. Il y mourut le 21 août 1771 avec encore des procès en cours. Son éloge funèbre a été écrit par Condorcet, mathématicien et philosophe français.

 

Alexis Fontaine des Bertins, originaire de notre petit village, a donc été un personnage qui a marqué le 18 siècle. Ses découvertes font encore l'objet de séminaires et il a été mis à l'honneur lors de festivités qui se sont déroulées à Cuiseaux en août 2004 pour la célébration du 300ème anniversaire de sa naissance.


Date de création : 02/02/2009 · 17:51
Dernière modification : 02/02/2009 · 18:37
Catégorie : N°7
Page lue 1155 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin

Connexion...
 
Liste des membres Membres : 299

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1
Blasons de Claveyson
z-blason-claveyson.gif

de Claveyson

z-blason-hostun-claveyson.gif

d'Hostun de Claveyson

z-blason-lionne-claveyson.gif

de Lionne de Claveyson


Recherche



Rédacteur


Nombre de membres1 rédacteur
Rédacteur en ligne : 0
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

diaporamas
Firefox
Ce site fonctionne mieux avec le navigateur Firefox.
Get Firefox en français
Nouvelles des Amis
^ Haut ^